GOINGWEST

Le Webzine du Projet52

 

C’est à 6h du matin, les yeux encore fermés et les cheveux en vrac que je sursaute à la sonnerie du réveil. Le bateau quitte le port tôt dans la matinée, alors Juliette et moi ne perdons pas une minute pour notre rendez-vous avec les baleines.

Garées à deux pas de l’embarcadère, nous nous présentons au comptoir de la compagnie AML chez qui nous avons réservé deux places à bord d’un Zodiac. Il y a déjà foule, il faut du temps pour enregistrer tout le monde ; un employé nous donne un pantalon étanche et un manteau 2 fois trop grand … et rouge pétard ! Toute la gang prend la route la vers les bateaux et c’est parti pour une virée d’observation de 2  heures.

La baleine bleue est arrivée près de Tadoussac il y a quelques jours ! Des clients nous racontaient il y a quelques jours, les yeux pétillants de joie, qu’ils avaient eu la chance de l’observer, et Simon, notre capitaine, souligne que leur équipe l’a repérée vers 6 heures, le matin même. C’est le ventre noué d’excitation que nous quittons la rive pour le large, on l’espère : la « grande bleue », c’est pour aujourd’hui. On le sent. On le veut !

Dès les premières minutes, c’est une horde de bélugas qui fait son apparition. Nous sommes très proches. Simon éteint les moteurs et c’est, littéralement  ébahis que nous observons les petites baleines blanches. Quelques clichés plus tard, notre bateau trace un sillon d’écume blanche sur le Saint-Laurent. Le bateau est rapide mais la traversée semble durer une éternité ! Le Zodiac fait un détour. S’arrête. Le capitaine a vu quelque chose, plusieurs bateaux se rejoignent vers un point où des bulles remontent à la surface. L’eau semble frissonner. Nous nous levons. Excités comme les papillons qui virevoltent dans nos ventres et là, un rorqual commun. Je ne sais pas si vous vous rendez compte. C’est juste le deuxième plus grand mammifère au monde qui apparait … là, face à nous. En voici un deuxième. Puis un troisième. Quel spectacle !!

L’un d’entre eux se met même face à nous et passe sous notre zodiac, juste là. C’est Wow !!! Juste incroyable.Simon, notre capitaine nous donne deux-trois informations sur ces gigantesques mammifères, nous laisse plusieurs minutes d’observation, puis il rallume les moteurs. A la radio, tous les bateaux se donnent des informations sur ce qu’ils voient et où. Une technique efficace qui permet aux touristes d’apprécier le spectacle et aux « écumeurs » du Saint-Laurent de rallier rapidement n’importe quel point du fleuve.En route, nous croisons petits rorquals, marsouins (une sorte de dauphins), phoques, bélugas et d’autres rorquals communs … à nouveau. Les heures passent et c’est les yeux pleins d’étoiles que nous rentrons au port. La baleine bleue n’était pas loin, mais nous n’avons pas eu l’occasion de l’admirer. Aussi, étant dans une zone d’alimentation et non de reproduction, nous n’aurons pas la chance d’observer l’incroyable saut de baleines. Néanmoins, avant de rentrer au port, un rorqual commun qui s’alimente sur le dos à quelques mètres seulement a fait le show : après les dos et les nageoires, c’est un ventre blanc et rayé que nous admirons. Un instant incroyable dans les eaux du Saint Laurent à observer en vrai ces magnifiques animaux.

 

Parce que ce n’est pas tous les jours qu’on fait de l’hydravion avec son boss !

C’est un hydravion canadien de type Beaver avec lequel j’ai pris de l'altitude ce samedi 22 août. Une magnifique virée au-dessus de la région de la Haute Côté Nord, entre les forêts des Bergeronnes et le Fjord du Saguenay. Casque aux oreilles, étoiles plein les yeux et atterrissage sur les eaux calmes du lac long : ce vol était comme un rêve. Accompagnée de Juliette mon acolyte, et Jérémie mon boss c’était pour nous tous un vrai baptême de l’air !

Les cabanes de Canopée Lit, vues du ciel

Petit rorqual, Cap Bon Désir

Après 4 mois dans l’entreprise de Canopée, il est temps pour moi de faire le bilan. Oui j’aime bien faire des bilans. Responsable méange/buanderie et curieuse du nombre de lits réalisés pendant la saison, je me suis installée dans la salle de réception avec le calendrier des réservations entre les mains afin de faire mes petits compte. Et bien je n’en revenais pas !

En 4 mois de temps, ce n’est pas moins de 1251 lits que nous avons réalisés avec l’équipe ménage.

Oui oui, 1251 lits. 775 lits double et 476 lits simple ! Le pliage de drap housse toute taille n’a plus de secret pour nous. Puis ici on plie, on déplie, on tend, on secoue et on borde tous le jours, assurez vous que la technique pour faire de beaux lits au carrés, on l’a !

 

Une page se tourne ...

une page qui se tourneJe termine mon dixième mois au Canada. 40 semaines que j’ai quitté la belle Ariège, pour le fabuleux Canada. Des tours et des détours incroyables qui m’ont permis de rencontrer de magnifiques personnes.Pour mon premier PVT j’ai choisi le Canada que j’envisageais alors de traverser d’Est en Ouest. En vrai, après être passée en Ontario et en nouvelle Ecosse, le Quebec aura été une étape particulièrement marquante.Mon aventure chez Canopée Lit se termine dans quelques jours, après que les équipes de travail se soient composées et recomposées au fil des semaines : Melle, la stagiaire arrivée le même jour que moi est déjà retournée en France ; Julien le québécois a repris l’école ; Gabrielle et Pierre, mes potos de Toulouse reprennent la route dans quelques jours ; plusieurs Woofers bénévoles ont été de passage … et bientôt, c’est moi qui quitterai le Saguenay. Dans moins de 10 jours exactement. Puis ce sera le tour de Juliette qui continuera son chemin dans un petit mois.La saison aura été intense : 8 cabanes, 5 bulles, 775 lits double, 476 lits simple, 9 woofers, 5 employés ! Intense et marquée de belles rencontres avec des gens vivants aux parcours de vie tellement riches et audacieux !  Alors comment ne pas ressentir déjà de la nostalgie ?Bien sûr, j’appréhende mon départ. Quitter la famille Canopée Lit, quitter toute les personnes qui ont partagé mon quotidien pendant toutes ces semaines pour me retrouver, finalement, toute seule à 4000 kilomètres de là. Et dans le même temps, je suis tellement impatiente de voir ce qui m’attend après, plus loin. Le Colorado où je suis déjà attendue, et puis qui sait, la Colombie Britannique, l’Alaska, l’Asie, la Nouvelle Zélande : J’adore cette vie de bohème faite d’aventures !

Les dunes de Tadoussac

 

La suite … Je vous la racontai .. Et ça a encore changé …

Ma vie d’aventurière-exploratrice en herbe me conduit dans quelques jours dans l’un des deux seuls états totalement rectangulaires des States, dont la totalité du territoire se situe à plus de 1000 mètres d’altitude, j’ai nommé le Colorado. 3 jours de voyage en bus, rien de moins, m’attendent pour rallier la terre « de couleur rouge » à la rencontre de Shirley et Danny un couple qui m’a tout simplement confié la garde de leurs chat et deux chiens pendant qu’ils partent en congés. Après la saison que nous venons d’avoir, ce sera des vacances en somme. Un mois qui me permettra de découvrir cet état aux paysages époustouflants et de prendre le temps de trier mes photos, ranger mes dossiers et de me préparer pour une nouvelle aventure, car oui (!!) en novembre c’est en Colombie Britannique que je prévois d’aller. J’y retrouve Juliette pour un road trip féminin dans les Rocheuses ! Quelques semaines de fun, à deux, avant un deuxième PVT en Nouvelle Zélande.

Chateau Frontenac