GOINGWEST

Le Webzine du Projet52

 

Un week-end comme les autres, dans un Paradis blanc! 

Wes et Jenna, les parents, sont au travail alors que Wyatt, 4 ans et Morgan, bientôt 7 ans, sont attendus à Middleton pour défendre les couleurs de leur club de hockey de Bridgetown.

Équipés comme des pros ... et habillés par mes soins, pour qui la volumineuse tenue de hockeyeur n'a plus le moindre secret, c'est au volant du van 4x4 Dodge familial que je conduis ''mes'' deux petits bonshommes vers une victoire que chacun rêve en route tout en écoutant des comptines françaises ...

Je suis dans la maison depuis quelques jours. La température ainsi que la neige, 'tombée en masse' (sans qu'il soit vraiment possible d'en évaluer la quantité) m'interdisent de seulement imaginer une balade extérieure. Sous un beau ciel bleu, qui finit toujours par réapparaître, je découvre, à quelques dizaines de mètres de la maison, des voitures littéralement ensevelies sous un bon mètre de poudreuse gelée.

Jenna et Wes travaillent beaucoup. Quand je vous dis beaucoup, c’est vraiment beaucoup : à la façon américaine, ils cumulent chacun 2 à 3 emplois différents à l’année. 'Vacances' n’est pas un mot qu’ils prononcent souvent. Cette année toutefois, chacun arrive à dégager 2 semaines et, pour la première fois depuis la naissance des garçons, ils mettent le cap plein Sud, en direction de la Floride. 

Début  mars donc, ils m'ont laissé les clés de leur maison, celles de la voiture et partent, avec enfants et étudiantes européennes en échange, pour une dizaine de jours au soleil.

Dix jours solo ?! J'avais plein de grands projets. J’avais prévu, durant ces quelques jours, d'aller voir Peggy’s cove -un phare emblématique de la Nouvelle Ecosse- de visiter le village de pêcheurs de Lunenburg à quelques kilomètres d’Halifax, de … Mais ça c’était avant! 

Mes proches le savent : la majorité de mes faits et gestes sont réfléchis ; je ne suis pas une acheteuse compulsive et il est excessivement rare que je prenne une décision ''à l'arrache''. De plus, depuis mon départ, je vis sur un budget (traduction littérale de l'Anglais signifiant que je maîtrise un budget serré) que je m’efforce de ne pas faire fondre au premier caprice ! Il y eut donc des rêves mais c'est la raison qui eut le dernier mot :  4 heures de route aller-retour pour voir, et de loin en plus, un phare que le vent et la glace m’empêcheraient d'approcher ne m'a pas semblé faire beaucoup de sens! 

Apprendre à se contenter de ce qu’on a et vivre plus simplement m’ont incitée à continuer de découvrir  Annapolis Royal, à aller un peu plus loin que je n’avais encore été et, un soir d’hiver aux abords du Fort Anne, de la Rivière Annapolis et de la Baie de Fundy, la Nature m'a offert un coucher de soleil magistral. Il se dit qu’une photo vaut 1 000 mots alors voici ce que j'ai vécu.

 

C’est la première fois, depuis mon départ de France que je me retrouve 10 jours seule. Vraiment seule ! Les premiers jours sont une bénédiction.  J'en profite pour trier de mes photos, commencer à rédiger ma Newsletter, répondre à mes e-mails .. Pour avancer aussi sur le travail que Jenna et Wes m’ont demandé de faire dans la maison en leur absence (nettoyage, rangement ..). Les derniers jours sont de vraies vacances : je prends le temps de regarder quelques films et émissions françaises visibles sur YouTube. J'invite aussi Lou, notre voisine lettone à prendre le thé.  J’avais oublié à quel point ne rien faire prend du temps ! Et finalement, le 12 au matin, il y avait six personnes de plus au 124 Victoria Street ... Et bien je peux vous dire que ça a bien chamboulé la maison !

 

Dans la catégorie : pâtisserie-en-six-mouvements je vous présente : La tarte à la cerise !

 

1) J’ouvre l’emballage jaune

2) Je sors la pâte congelée déjà étalée dans un plat en aluminium

3) Je vais chercher une boite de conserve

4) J’ouvre la boite

5) Je verse son contenu gélatineux dans la tarte

6) Je fais cuire quelques minutes et voila : Une tarte à la cerise.

 

J’ai été habituée à faire ma pâte, cueillir, laver et couper les fruits qui la garniront … Alors comme vous peut-être, j'ai été surprise de cette « nouvelle » cuisine. 

Une saucisse à hot-dog, un pain brioché, un bâtonnet et BIM vous avez un créé un pogo. Pour le coup, c’est vraiment bon!

Tartes à la viande et au pommes de terre, la tourtière c’est juste l’un des meilleurs plats que j’ai eu l’occasion de déguster au Québec. 

Lorsque mon frère Cédric étudiait à Montréal et que je l’avais rejoint un mois en hiver, son ami Nicolas nous avait invités pour déjeuner et son père nous avait fait l’honneur d'une vraie tourtière : 4 ans plus tard, on s’en souvient encore !

Au premier coup de couteau, la pâte du dessus, qui recouvre et ferme la tarte, craque. La viande cuite dans son jus a parfumé les pommes de terre. C’est un délice. Un vrai régal. 

Ici en version industrielle. On est loin de LA tourtière du papa de Nicolas mais on la finit sans rechigner ! 

 

Ma première vision de la Nouvelle Ecosse c’est Halifax, ou, plus précisément son aéroport. 

Capitale de la Nouvelle Ecosse, Halifax est LA plus grande ville de l’Est du Canada, c'est aussi la ville natale de l’actrice Ellen Page (rôle principal dans Juno).

Lorsque Wes, appelé à faire un stage d'une journée à  Halifax me propose de nous déposer,  l'étudiante  allemande Annika et moi en centre ville de la capitale provinciale, c'est avec le sourire que nous avons accepté  de nous réveiller à 4h30 du matin pour de prendre la route une heure plus tard.

Pendant que nous dégustons le petit-déjeuner concocté par Wes qui autrefois fut restaurateur (sandwiches toastés,  mayo, rondelles de tomates, fromage, sel et poivre) à la radio on annonce une des journées les plus froides de l'année. On a bien choisi notre jour, tiens !

Les routes sont de plus en plus larges ; on arrive en ville ; Wes se trompe de sortie. Du coup, l'avance prise sur la route fond a vue d'oeil. Arrivés devant l'hôtel Delta, Wes se met en double file et me laisse les commandes. Il est juste à l'heure, Annika et moi avons la journée devant nous. Sauf qu'à 8h15, tout est fermé et les -35°C nous chatouillent gentiment les joues. Là... Un centre commercial et un Tim Horton's nous tendent café chaud et muffin : comment résister ? ... Ben, on ne résiste pas !

Nous regardons le ''plan visite'' que Lou, notre voisine lettone octogénaire nous a apporté hier. Un programme idéal pour visiter la ville côtière une glace à la main sous un soleil doré.  Mais voilà, nous avons beau être quasiment sur la même latitude que Lacanau, ce jour-là à Halifax, des cristaux de glace se forment sur nos écharpes à chaque expiration ! Trainer dehors est vivifiant mais nous n'avons pas vraiment de envie de prendre le risque que le moindre centimètre de peau non couverte  gèle en l'espace de trente minutes.

Texto de Wes a point nommé : son stage finira plus tôt. Nous décidons d'utiliser les deux heures qui nous restent au Mall MicMac de Dartmouth, en face de Halifax. Contre un dollar, nous traversons le pont Mc Donald et pénétrons dans ce temple  de la consommation aux 160 enseignes et où, avec un écart de température de 50°C nous oublions nos trois heures de marche par -35°C.

De boutique en restaurant nous faisons quelques achats et rebroussons chemin pour rejoindre Wes à proximité du port.

A l'issue de sa journée de formation, notre hôte a la gentillesse de nous faire faire un tour d'honneur de la ville : l'incontournable Pier 21 par lequel ont transité plus de 20 millions d'immigrants depuis le XIXe ; les rares demeures ayant échappé à l'explosion d'un navire français bourré d'explosifs en 1917. Les vieilles bâtisses de pierre noire et maisons plus modestes en bois se côtoient sur des collines qui bordent l'océan : on dirait San Francisco tellement ça monte et ça descend.

Avant de rentrer, une pause s'impose ... chez CostCo. C'est une sorte de mega dépôt accessible aux professionnels et aux particuliers contre une redevance de 50$. Le beurre au kilo et le jus d'orange vendu en 4 litres ne font pas les fiers, CostCo c'est tout en format XXL. Et quand je dis tout, je veux bien dire tout : alimentation mais aussi uniformes, mobilier, chaussures ... L'entrepôt est si vaste qu'on dirait que l'on peut vêtir et nourrir toute l'Ariege pendant au moins deux ans ! Et vous savez quoi ? Tout ceci arrive près de chez vous très bientôt. En effet, CostCo prévoit d’ouvrir son premier magasin français fin 2015 en Essonne. Tout ce shopping vous a donné une faim ? Allez  ! Pizza, hot dog et boisson sont vendus à la sortie du magasin pour 2$ ... !

 

Lors de mon année à l’université toulousaine, j’ai croisé la route d’Elena. Les voyages, le goût de l’aventure ou encore l’incompréhension de nos cours de grammaire russe sont autant de sujets qui nous ont rapprochées et cette magnifique jeune femme est devenue une vraie amie.  

Elena avait un projet : partir un an aux

Etats-Unis en tant que fille au pair.

Dans un premier temps pour pratiquer son

Anglais  et aussi pour se prouver qu’elle était

capable d’une telle aventure. 

L’été dernier, j’ai eu le plaisir de l'aider

à monter une vidéo de présentation destinée

à de possibles futures familles d’accueil.

Les péripéties de la vie ont fait qu’Elena

a dû temporairement mettre ce projet de côté. 

A ce jour, elle continue ses études en Langues

Etrangères Appliquées. 

J'ai récemment reçu un pli de mon amie

Elena : Le guide du Routard 2014/2015 de

l’Ouest Canadien. 

Ce livre est bien plus qu’un simple livre, c'est

un peu comme un remerciement du temps

partagé et, instantanément il devenu mon

livre de chevet, j'en dévore chaque page et

prends plaisir à organiser les derniers mois

de mon voyage au Canada. 

Elena, si tu passes par ici : MERCI ! 

Wyatt, 4 ans et Morgan, 7 ans sont deux garçons plein de vie. Créatifs ils adorent, je veux dire, ils ADORENT, construire des forts, des châteaux et des monstres avec leurs blocks. On passe des heures ensemble chaque semaine à imaginer de nouvelles constructions. En général ils prennent les rênes et je les seconde en leur passant les bonnes couleurs rectangulaires ou carrées. Ils sont très fiers de leurs créations et, après les avoir montrées à leurs parents, ils prennent un malin plaisir à les détruire pour en reconstruire de nouvelles. 

Le recyclage.  Ici en Amérique du Nord c’est un sujet important. Toutes les familles dans lesquelles je suis allée recyclent leurs déchets. En général, la municipalité est responsable du recyclage sur sa commune et c’est elle qui fournit les bacs que l’on trouve dans une grande majorité d’habitations. 

Les règles sont simples mais elles peuvent être différente d’une ville à l’autre : 1 bac pour le carton et le papier, 1 pour le plastique et les conserves et 1 pour les emballages boissons (canettes, cartons, plastiques .. etc). Je m’attarde quelques lignes sur ce dernier bac qui est intéressant. Effectivement, en Amérique les canettes et certaines bouteilles ont cette inscription (<<photo consigné 5c refund<<). Si l’on ramène ces emballages chez un dépanneur, celui-ci rachète chacun des emballages 5 centimes de dollar. Un pack de 12 canettes de Pepsi acheté 3,79 vous reviendra donc à 3,19$.

Par soucis d’hygiène, il est demandé que la plupart des déchets plastiques, verres et conserves soient rincés avant d’être déposés dans les bacs. Nettoyer ses déchets, en voilà une drôle d’idée ! 

Un jour comme les autres : températures négatives, vent, neige, glace .. On s’y fait. 

Jenna qui devait aller travailler à une vingtaine de kilomètres tape à ma porte un matin : « Margaux peut -tu m’accompagner au travail et reconduire le van à la maison pour récupérer les garçons qui sont à la garderie ? » - « Pas de problème »

Enfin, en quelques kilomètres à peine, on mesure l’état des routes : en temps normal on conduit à 80 km/h, aujourd’hui, impossible de dépasser les 40 km/h ... et on est vigilantes ! 

On arrive finalement au lieu de travail de Jenna, je récupère le volant, direction  la garderie : l’aventure commence !!! Si sur l’image suivante vous m’imaginez sur une petite route de Nouvelle Ecosse vous avez tout faux !  C'est l’autoroute 

 Juste pour rire, 

Les billets canadien sembleraient fondre en été et se briser en hiver !

La photo suivante représente deux billets de 5 dollars. En haut, l'ancien billet en papier. En bas, le nouveau billet transparent en polymère ! Pour aller plus loin, ici un article de 2012 sur lequel je suis tombée recemment : CLIQUEZ ICI pour lire l'article