GOINGWEST

Le Webzine du Projet52

 

La Baie Sainte Marguerite, le sentier du Fjord, le Cap Bon Désir ... les visites et les activités ce n’est pas ce qui manque ici. Pendant nos jours de congé ou lors d’une pause entre deux horaires de travail, si le temps et la météo nous le permettent on aime partir et découvrir de nouveaux lieux. 

 

Dimanche dernier c’est sur le Cap Bon Désir que Juliette et moi avons mis les voiles. Après quelques centaines de mètres en forêt, c’est sur de magnifiques rochers oranges et gris que nous surplombons le fleuve du Saint-Laurent. Les eaux profondes qui se forment au niveau du Cap Bon Désir rendent l’observation des baleines très impressionnante car très proche. 

On s’installe sur un rocher, on sort salade, pain et fromage et nous contemplons le paysage. Magnifique. Le Saint Laurent est majestueux. On devine la ville de Trois Pistoles sur l’autre rive du Fleuve. Tout en dégustant notre petite salade, nous espérons voir une baleine sauter ou même juste souffler devant nos yeux ébahis. Au bout d’un certain temps, nous décidons de nous déplacer. Juste de quelques mètres. Un peu comme au cinéma, deux fauteuils rouges sont scellés dans la roche et, en guise de grand écran, une belle vue sur le panorama. 10, 20, 30 minutes plus tard, toujours pas la queue d’une baleine … 

Juliette reprenant son service à 17h, nous commençons à remballer quand tout à coup, un dos de baleine passe. Là. Juste devant mes yeux. Je pointe l’endroit à Juliette et là, la baleine réapparait une nouvelle fois. Nous avons pu observer un petit rorqual, juste là, juste pour nous !

Pique - Nique

BULLE

Les bulles ont été installées courant mai. C’est un peu plus tôt que prévu mais les premières clients ne sont attendus que dans quelques jours. Le temps est encore un peu mitigé mais Claire et Jérémie nous invitent à tester les bulles. Du coup, Melle, Juliette et moi organisons une virée pique-nique et nuit sous les étoiles. 

Notre bulle se prénomme Gros Bouleau. Déposés par Nicolas en voiturette de golf, nous nous lançons dans l’aventure. En deux étapes. Le sas d’abord. C’est comme un premier pallier à franchir : il nous permet d’entrer dans la bulle sans la dégonfler. Une fois les portes refermées derrière nous, nous entrons dans « notre » dôme transparent. Large de 4m, la bulle nous promet une literie irréprochable au milieu de la foret. Le luxe quoi. Nous nous amusons de constater qu’à l’intérieur, nos voix sont transformées, tantôt très fortes. Tantôt très atténuées.  Nous entamons une bouteille de rosé qui fait apéritif et accompagnement de notre délicieux pique-nique, mais ce que nous attendons vraiment, c’est de s’allonger, d’éteindre les lumières et d’observer les étoiles. 

La température extérieure est encore fraîche, voire froide. Le petit chauffage tourne à plein régime, chacune porte un ou deux pulls. Nous tirons sur nous une couette ; puis les couvertures … Rien est de trop ! Isolées des éléments, au chaud dans notre sphère, nous observons silencieusement les arbres et les premières feuilles de la saisons frissonner sous le vent. C’est un instant surprenant d’être dehors … de l’intérieur. J’ai l’impression de vivre l’instant de très loin. De ressentir la brise qui souffle dehors. La sensation est à la fois étrange et agréable. 

Le ciel est partiellement couvert, mais quelques étoiles brillent juste au-dessus du dôme. Une fois de plus, chacune mesure la chance que nous avons. Apaisées et heureuses, nous nous endormons calmement, dans une bulle, haut perchée dans les arbres …

 

Un matin, j’appelle la hotline de la banque Desjardins (un peu la Caisse d’Epargne québécoise) pour obtenir un rendez-vous pour ouvrir un compte. Rendez-vous accordé, exactement 3 heures plus tard. Efficace, non ? 

C’est avec le gros Pick-Up rouge de l’entreprise que j’entreprends les 8 kilomètres qui me séparent de la banque. Voiture automatique, normal. banquette bordeaux : ça le fait ! 1 800 000 kilomètres au compteur ! Ah oui, quand même !

Le moteur gronde … je me mets en route et c’est parti !!!

J’arrive à la banque, étonnement les places de parking me paraissent beaucoup plus étroites que d’habitude, il me faut manoeuvrer l’engin pour le stationner correctement. Je prends ma pochette, mes papiers et entre dans la banque. Mon rendez vous est à 13h, je suis un peu en avance. Comme d’habitude. 

13 h pile, ma nouvelle conseillère s’approche, me tend la main et se présente un grand sourire aux lèvres. Elle m’accompagne jusqu’à son bureau et on commence l’entretien par quelques salamalecs : vous êtes en vacances ? Vous êtes arrivée il y a longtemps ? Vous connaissez le Québec ? Elle me dit recevoir beaucoup de Français dans la région. 

Au bout d’une petite dizaine de minutes, elle ouvre son ordinateur. Ma fiche client se remplit, les questions continuent et le tutoiement s’installe doucement. C’est étrange, mais ici au Québec, c’est courant. On ne s’embarrasse pas du vouvoiement inutilement. Vingt minutes et 5 CAN$ plus tard,  j’avais un compte, une carte de débit québécoise … et cinq chèques, au cas où !

Et une chose de plus en moins à faire : me voilà cliente d’une banque canadienne où faire virer mon premier salaire !

 

La vie continue ici à Canopée lit et déjà un mois que j’y ai déposé mes valises. Que le temps passe. 

Présentation de ceux dont je partage le quotidien

Gabrielle & Pierre, les potos de Toulouse

Si Gabrielle m’aide au ménage, Pierre lui représente la polyvalence à Canopée Lit. Il construit, coupe, répare, balaie, peint, vernit … Alors que toutes les deux, préposées au ménage, nous formons le duo de Toulousaines de la gang. L’accent ne chante pas dans la voix de Gabrielle mais son humeur me rappelle mes « copaings » du sud ! 

Si de temps en temps les moustiques sont trop présents, les caisses de linge trop lourdes ou l’humidité trop pesante, tous les jours nos rires raisonnent dans les forêts et on arrive à rendre nos tâches des plus agréables. 

Juliette, la voyageuse au grand coeur

J’ai trouvé en Juliette une complicité inattendue. Baroudeuse depuis ses 18 ans, elle a une histoire à raconter sur chacun des pays qu’elle a visité ou dans lesquels elle a vécu et ça, c’est vraiment génial. Son parcours est atypique et sa personnalité est d’autant plus riche qu’elle s’est façonnée aux quatre coins du monde. Indépendante, passionnée et positive elle représente trait-pour-trait le genre de personne que j’espérais rencontrer pendant mon voyage.

Melle, ma coloc'

Paysagiste et étudiante dans le domaine touristique Melle en licence professionnelle, est ici en stage. Le Canada est une nouvelle expérience dans le parcours de cette jeune étudiante dignoise car c’est son premier grand voyage à l’étranger.

Des rires aux larmes nous partageons le quotidien de l’une et de l’autre dans un appartement rustique tout en bois, juste au dessus de l’accueil.

Julien, le québécois rockeur

Julien, le seul québécois pure souche de la gang. Il parcourt la forêt, cheveux au vent sur son quad jaune paille. Le matin, lors de notre tournée de ménage, il anticipe notre arrivée dans les cabanes en montant les caisses de linge propre, il procède à la vidange des toilettes sèches et enlève draps et serviettes sales. Son travail facilite grandement le notre. The Season, Johnny Cash, Kiss … Puis, il faut l’avouer, il écoute de la bonne musique !

Nicolas, l’ingénieur reconverti

Amoureux de vélo, Nicolas qui, après un mois en notre compagnie, nous a quittés pour une nouvelle aventure en Gaspésie, a fait de nombreux travaux de construction pendant ses semaines ici : Jardinières, étagères, moustiquaires, plateformes … du chalet en bois à l’accueil en passant par les cabanes et les bulles en forêt, ses réalisations sont disposées à travers le site complet de Canopée Lit. 

Claire, Jérémie & Quentin, propriétaires et amoureux du Quebec

Claire, Jérémie et leur famille ont commencé l’aventure Canopée Lit il y a un peu plus de 5 ans, ils sont nos référents : un conseil, une question, une remarque et c’est vers eux qu’on se retourne. Leur petit garçon Quentin est un peu la mascotte ici. Joyeux, énergique et éveillé, ce petit bonhomme de 2 ans aux intonations québécoises connait le prénom de tous les employés, 

et je peux vous l’assurer, il sait faire le show. 

Une petite famille soudée, ouverte et rigolote avec qui on passe de beaux moments.

 

Tadoufest, c’est « LE » festival de musique à Tadoussac qui a 30 ans et qui s’est tenu du 11 au 14 juin. Très populaire il accueille des centaines de spectateurs, organise des concerts acoustiques en pleine nature dont certains sont accessibles en kayak … et reçoit de célèbres artistes québécois et étrangers, dont, Juliette Greco qui était cette année de la partie … un moment, avant de faire un malaise dans le sous-sol de l’église de Tadoussac. 

Bref une bonne partie de l’équipe de Canopée Lit a passé une petite soirée au festival. Nous nous sommes arrêtés Chez Mathilde, rue des Pionniers, un bar sympa de Tadoussac où Louis Jean Cormier, l’un des membres du jury de l’émission La Voix (The Voice chez nous) prenait un repas avec toute son équipe juste derrière nous.

La majorité des concerts étaient payants mais en se baladant nous sommes tombés sur un bar où se jouait de la musique celtique. Très entrainante la musique celtique.… Les spectateurs avaient les yeux rivés sur les musiciens et là, une bière à la main, un gars clairement trop alcoolisé m’a prise par le bras et m’a fait faire deux trois tours de danse. Autour de nous, tout le monde dansait et tout comme nous, ils appréciaient l’instant

Lors des ménages, c'est toujours une belle surprise de récupérer des petits mots laissés par les visiteurs. Ici, la boite à petit déjeuner accompagnée de ce message : "Très bon ! Merci, bonne journée :)"

 

Panier de noces, préparé par Juliette et installé dans une bulle, en toute discrétion, par Melle et moi !

Une bouteille de bière ou un verre de vin à la main après une bonne journée de travail toute l’équipe se retrouve régulièrement en terrasse ou autour d’un grand, beau feu de camp. On débriefe nos journées respectives, on apprend à mieux se connaitre et on passe un bon moment.

• Moustiques, maringouins et autres mouches (Simulies) sont arrivés en forêt et je me suis tout naturellement lancée dans le don du sang.

Répulsif et huile de citronnelle sont devenus mes parfum préférés et pourant je continue à me faire dévorer. L’été s’annonce piquant ! • 

Arrivées le même jour, Melle et moi fétons notre premier mois chez Canopée Lit lors d'une sortie improvisée, à Tadoussac.

Sorites au restaurant, c'est autour d'une pizza (que l'on décide d'accompagner modestement de frites maison) qu'on trinque, une bière à la main, à nos 4 premières semaines en foret !

Avant de commencer la journée, on passe à l'acceuil et on regarde le nombre de ménages prévus. Un tout nouveau language à acquérir. Voilà les post-it qu'on prèpare et où figurent les initiales des cabanes et des bulles ainsi que le nombre de reservations. 

Chateau Frontenac