GOINGWEST

Le Webzine du Projet52

Invercargill

Le Southland c’est la région la moins habitée de l’île Sud et Invercargill, c’est la capitale du Southland. Ce n’est pas un haut-lieu touristique c’est plutôt une étape. Pour la petite histoire, un peu plus de 90 000 habitants sont installés dans le Southland et plus de la moitié (52 000) vit à Invercargill. On me la présente comme un «shit hole» où « on s’ennuie » ; où « il n’y a rien à faire »…  pas très vendeur … Mais tu t’en doutes, il n’en fallait pas plus pour éveiller ma curiosité : je veux voir Invercargill de mes yeux et me faire MA propre opinion. Et je m’en félicite parce que je découvre une ville plutôt atypique, influencée par les premiers colons européens, elle est construite sur le style art-déco ; j’y « mitraille » des bâtiments de caractère posés sur la rue principale et quelques autres, épars, abandonnés au hasard de ruelles perpendiculaires. Le château d’eau, érigé en 1889, est construit avec 300 000 briquettes rouges… Eh bé oui … j’attends la nuit pour les voir illuminées. Et mon petit coeur fond … car les briquettes ressemblent à s’y méprendre à celles de « ma capitale » :  la belle Toulouse ! 

Dunedin

Au final, ni merveilleuse, ni merdeuse Invercargill est un lieu où j’ai aimé me perdre … dans les allées de son parc central Queens, aux pieds de son architecture originale qui te fait voyager dans le temps … dans les rues Dee et Tay. Concrètement, c’est une grande ville où l’on trouve de tout et qui se qualifie elle-même d’ingénieuse et se dit tournée vers l’avenir ! Pour autant, dans le Southland, les gens voyagent peu. Nombreux sont ceux qui n’ont jamais quitté leur ville … ni même leur région. Evidemment, ils savent qu’Auckland c’est là-haut, mais ils n’ont jamais quitté le Sud, alors l’île Nord … c’est presque l’étranger.

Tout autour de moi, 1,5 millions d’hectares de terres agricoles sur une partie desquelles j’ai posé ma valise il y a environ un mois. A Kauana exactement à quelques kilomètre seulement de Winton où on trouve tout le nécessaire pour une vie familiale simple … et notamment l’école de Zia et la garderie de George. Je partage de bons moments avec ma « nouvelle » famille qui est très active. Franchement, je suis épatée par mes hôtes. Stephanie et Bayden font tourner, à deux, une ferme laitière de 320 vaches. Au coeur des belles collines d’Hokonui ils assument en 24/7, et sans relâche, effectuent une incroyable masse de travail. En plus des soins apportés à leurs 2 000 moutons et quelques boeufs, ils assurent deux traites quotidiennes pour une collecte totale de 6 000 litres. Une quantité de lait qui me parait énorme, pourtant c’est plutôt la moyenne pour la région. En tout cas, c’est suffisant pour bien vivre et tout le lait récolté va directement à l’usine d’Edendale qui récupère 15 millions de litres de lait par jour, c’est la plus grande usine laitière au monde et elle se trouve ici dans le Southland.

Je ne me lasse pas de le dire : la Nouvelle Zélande c’est beau. C’est beau partout. Tout le temps et par tous les temps … c’est presque indécent tant de beauté. La lumière est chaude, les paysages aussi ronds qu’abruptes ; les curseurs de saturation sont poussés si près du maximum qu’on se croirait dans une image haute définition tant tout est prétexte à un débordement de couleurs. C’est quasiment irréel. 

 

Comme si ça ne suffisait pas, certaines routes sont classés ; encore plus prometteuses que les autres et j’ai la chance que l’une d’entres elles, la Southern Scenic Route, passe juste en bas de la maison. Emprunter une portion de ses 610 kilomètres c’est avoir l’opportunité, sur terre, d’observer flore et faune endémiques et, au large et sur la côte-même d’apercevoir baleines, dauphins, phoques, albatros et pingouins ! Y’a pire comme itinéraire usuel … Quand je pense qu’il y a 1000 ans, personne n’avait encore découvert ces terres.

Stewart Island depuis Bluff

Dunedin

Dunedin

Vais-je te surprendre en te disant que dès que j’en ai l’occasion je prends le volant de la Honda prêtée par mes hôtes et je roule … Encore et toujours ! J’ai deux jours chaque semaine pour prendre un vrai bol d’air. Pour me confronter aux vents. Aux gens. Aux ambiances et aux lieux. Et j’en profite : Te Anau, Riverton, Invercargill, Dunedin, Bluff, Wanaka … sont mes destinations de fin de semaine et j’en ai encore plein d’autres en tête , pour les weekends à venir !

Baldwin Street, rue residentielle la plus pent au monde

Qu’est ce qu’il y a dans ton assiette ?

Bien, voilà 6 mois que j’ai posé mes valises chez les Kiwis. Je ne m’étonne plus de la conduite à gauche, de devoir déchausser mes bottes boueuses en entrant dans les supermarchés, de l’accent littéralement à couper au couteau et aux expressions inventées par les autochtones ... Je déambule maintenant avec assurance dans ce décor qui est « bien posé » ; il est donc temps de parler de choses sérieuses : la bouffe. Comme la question est revenue souvent dans vos messages, aujourd’hui je dresse la table car, on a beau être à quasiment 20 000 kilomètres du pays de la Gastronomie, au pays des fougères géantes on n’oublie pas de manger. Et tu verras qu’on mange plutôt bien ici … aussi !

 

Evidemment, tu imagines bien que dans cette ancienne colonie britannique, le premier mets qu’on te présente n’est pas … un Azinat ! L’océan, que tu sois au Nord ou au Sud et où que tu te trouves est toujours à moins de 130 kilomètres. C’est le garde manger privilégié de tout Kiwi qui se respecte : ainsi le top du top, c’est les moules vertes, huîtres de Bluff, Paua et poissons en tous genres. Servis (généralement) frits, ils sont plutôt accompagnés de frites (qui ne s’appellent jamais au grand jamais ‘French fries’ comme partout ailleurs dans le monde… Ici qu’il s’agisse de chips, de frites (en bâtonnet) ou de pommes de terre rissolées ça se dit « chips ».  Enfin « chups » plus exactement, avé l’accent cong !)

 

Le deuxième grand classique, c’est la tourte à la viande (meat pie). Ah ils les aiment leurs tourtes à la viande. Tellement, qu’au supermarché tu les trouves surgelées, au rayon frais et en plat chaud dans l’espace boulangerie en autant de variétés qu’il y a d’espèces de fougères ! Les viandes sont hachées ou en morceau, de poulet, de boeuf ou d’agneau, … au fromage, façon Parmentier … Bref, il y en a pour tous les goûts !  

 

En 3ème position, le mouton ! Je te rappelle qu’ici il y a 7 fois plus de moutons que d’humains alors quand on ne sait plus quoi faire pour le Tea (ah oui ! J’ai oublié de te dire que le repas du soir c’est le TEA …  Je te sens compatissant en imaginant ma confusion lorsque, pour la première fois, j’ai entendu : « — Margaux ?! C’est toi qui cuisines le thé ce soir ? » ou mon étonnement persistant lorsqu’un parent ordonne, devant moi, aux enfants « —mange ton thé ! ») Bref, je reviens à mes moutons … qui se cuisinent de mille et une manières. Mais la crème de la crème c’est l’agneau rôti (roasted lamb), accompagné de Kumara (une patate douce locale) c’est le plat des dimanches en famille. Juste pour vous mettre l’eau à la bouche : c’est un délice !

 

Bien sûr que non je ne l’ai pas oublié le Hangi !  Il a naturellement une place de choix dans la (longue) liste des immanquables de la gastronomie autochtone, puisque, avant d’être un plat, c’est une façon toute maorie de cuisiner les aliments. Traditionnellement un puit, creusé à-même le sol, est garni de pierres (volcaniques) chaudes, (mais on peut aussi plonger les aliments dans les sources d’eau chaude) ce qui donne aux aliments un fumet inimitable. La viande (souvent du mouton) est accompagnée de légumes mijotés ; le tout est généralement accompagné de pain frit. 

 

Je te passe les friands à la saucisse, les roulés au fromage, les hotdogs briochés, les hamburgers et autres mets chinois, à emporter ou à déguster sur place, que tu trouves à chaque coin de rue !

 

Et les douceurs alors? 

Ah si tu est plutôt bec sucré, tu vas être servi parce que la Nouvelle Zélande est « le » temple du sucre dans sa version bonbon enrobé. On déguste ici tout particulièrement du marshmallow (chamallow) enrobé auquel, sans complexe, on donne toutes sortes de formes : le poisson marshmallow au chocolat (chocolate fish), tu en avais rêvé —non ? — vraiment ? — Tant pis. Ici, on l’a ! 

Dans le même genre, une des spécialités locales c’est le Pineapple Lumps. Un marshmallow jaune citron au goût d’ananas … évidemment enrobé de chocolat. Non, non. Ce n’est pas une blague. Il en existe une variante,  en rose… donc au goût de fraise : c’est l’incontournable Pinky. « Merci Cadburry »  pour ces douceurs endémiques ! 

Cromwell

Dunedin

En parlant de Cadburry, Je suis allée à Dunedin il y a quelques semaines et comme tout touriste qui se respecte, j’ai visité l’usine éponyme qui fabrique … du chocolat et j’ai même eu le droit d’en déguster à 10h du matin, si c’est pas cool ça. 

 

La visite est marrante : avant d’avoir le droit de passer les portes de l’usine et d’être accueillis par les guides, coiffés d’une casquette de laitier et portant des salopettes mauves, « la couleur préférée de la Reine Victoria » comme ils aiment le dire -ça me fait une belle jambe- le circuit prévoit qu’on passe par un petit musée … où on apprend plein des choses !!! Sur Richard Hudson et sa petite biscuiterie, le premier chocolat blanc du monde … fabriqué par … t’as deviné ? Cadbury, bien sûr … les 100 000 litres de lait consommés chaque jour par l’usine et les 1 760 chocolats fabriqués à la minute un peu plus haut … au 4è étage. Ça fait rêver, hein. Dommage qu’on ait oublié de nous dire que l’entreprise menace de fermer dans les prochains mois et qu’entre 350 et 400 emplois sont directement menacés … Je reprends la route un peu amère et me dirige vers Otago Peninsula ; là bas au bout de la route il y a une colonie d’Albatros et ça, je veux voir !

Heureusement, le temps est de la partie il fait un grand, un beau ciel bleu ! AH non !! pas du tout en fait. En vrai il pleut comme vache qui … et on y voit pas à 30 mètres. C’est vraiment idéal pour observer les oiseaux ! Je reste positive, je continue mon chemin et j’enfile mon manteau de pluie canadien qui, te toi à moi, n’est pas vraiment adapté aux conditions météorologiques si australes … Allez, je sors ; j’affronte la pluie motivée par la rencontre des Albatros Royaux. En quelques enjambés, à peine quelques minutes, je surplombe la côte où j’aperçois au loin, les nids de ces oiseaux merveilleux. Ils sont assez loin mais j’en vois quelques-uns. C’est magique. 

Au même endroit cohabite une colonie de manchots antipodes, endémiques de la région, et dont la particularité est leurs yeux jaunes … mais je n’aurai pas la chance d’en voir aujourd’hui. Je décide d’attendre encore un instant mais le temps ne s’améliore guère, pour tout dire il se dégrade carrément, alors je rebrousse chemin, encore sous le charme de cette belle rencontre.

Le week end dernier j’étais à Wanaka, la 4ème ville de l’Otago, un coin où les paysages sont beaucoup plus secs que dans les verts pâtures du Southland. C’est le far-west néo-zélandais ! Là bas se déroulait le A&P Show, un festival très Kiwi, qui réunit tondeur de moutons, bucherons, cavaliers, éleveurs canins, chanteurs country et une quantité impressionnantes d’artisans, vendeurs de tracteurs et machines pour la ferme. Les festivités durent 2 jours et plus de 45 000 visiteurs ont été recensés, t’imagines la cohue pour la petite bourgade où seulement 6 000 habitants vivent à l’année !

 

J’en profite pour passer par Queenstown, ville où le saut à l’élastique Bungy a vu le jour et ici ce ne sont pas les attractions et activités touristiques qui manquent : sauts … en parachute, à l’élastique, en tandem mais aussi balançoire géante, bateau à grande vitesse .. C’est une ville ultra touristique avec 1 milliard de choses à faire ; y’en a vraiment pour tous les goûts. Ca grouille de visiteurs et les appartements/hôtels/auberges/complexes hôteliers poussent comme des petits pains. Le prix des loyers et des choses est, en général, exorbitant … Je n’y reste que quelques heures et reprends la route vers la ferme à quasiment deux heures de route.

Ce week end est ensoleillé et je finis ma newsletter devant l’équipe de 15 tondeurs de moutons qui s’activent depuis 7 h ce matin. Stephanie est rentrée tôt de sa garde de nuit à l’hôpital, Bayden finit ses travaux sur la ferme et les enfants s’occupent dehors. La vie continue …

On se retrouve le mois prochain.