GOINGWEST

Le Webzine du Projet52

Quinze jours se sont écoulés depuis que j'ai quitté la France pour le Canada.

 

Le choc culturel est bien là !

 

Si l'environnement Québecois et son atmoshpère me sont familiers, je perds néanmoins tous mes repères dans ce paus grand comme 14 fois la France : c'est un magnifique terrain de jeux qui s'offre à moi. 

Un dernier regard vers la France. 

Les six heures qui me séparent du Canada défilent .. 15h35, l'avion transperce la couche nuageuse qui recouvre Montréal, une dernière annonce est faite et nous voilà sur le tarmac de l'aéroport Elliot Trudeau. 

Aux portes des bureaux de douanes, l'attente est à la fois terrifiante et excitante : Le Canada est juste là ! Le temps de me poser 1 000 questions et ça y est, c'est mon tour. 

Un premier passage à la douane, puis à l'immigration et finalement le permis de travail m'est délivré ... en 5 minutes chrono. 

Ce sésame en main, je récupère ma valise, prends la direction de la sortie et respire ENFIN l'air frais montréalais.

Pont Jacques Cartier vu du Vieux Port de Montréal.

Un pull supplémentaire, une bouteille d'eau et mon appareil photo prennent place dans mon sac à dos et c'est parti pour quelques heures de marche dans les rues de Montréal. Je redécouvre certains lieux visités avec mes parents et mon frère dix ans auparavant ; à 6 000  kilomètres de chez moi, la plupart de ces endroits me sont familiers. 

Une pensée émue pour mon petit père, qui chérit cet endroit. 

Place des Arts, Montréal. 

A deux pas du Musée d'Art Contemporain où j'ai passé des heures à contempler les magnifiques oeuvres de Richard Ibghy & Marilou Lemmens (The Prophets). 

La place des Arts, à l'angle de la rue Sainte-Catherine (une des rues les plus commerçante de Montréal), regroupe buildings vitrés, théâtre et opéra contemporains. 

Oratoire Saint Joseph, Montréal. 

Le soir d'Halloween alors que traditionnellement les enfants font la tournée des maisons pour récupérer des bonbons, mon hôte, québécois de souche, m'accompagne pour une visite nocturne de l'Oratoire. Du deuxième étage et sous un ciel étoilé nous surplombons la ville et découvrons Montréal illuminée. 

Quelque part entre Montréal et Toronto

Quelques jours après mon arrivée au Quebec, il est temps pour moi de prendre la route vers l'Ontario. Une immense masse "bleue de mer" s'approche de la gare routière de Montréal : un gigantesque bus à étage vient nous chercher pour parcourir les 500 kilomètres qui nous séparent de Toronto. Installée confortablement à l'étage, je découvre des sièges spacieux, un toit panoramique d'où s'exposent les grattes-ciel de la ville, des prises électriques à chaque fauteuil et du wifi en prime !

C'est parti pour la conquête de l'Ouest ...

Six heures plus tard, arrivée à Toronto sous une pluie démentielle, la route que nous empruntons pour arriver en centre ville est pharaonique : 4x4 voies ! Oui, oui !! 16 voies en tout : 8 vont dans notre sens, les 8 autres nous foncent dessus .. J'ai déjà le tournis !

Nous arrivons à la gare routière, il fait nuit depuis déjà plusieurs heures. Les écrans publicitaires du "Petit New-York" entre Dundas et Yonge Street illuminent la ville comme en plein jour ! C'est dingue ! J'ai l'impression de me trouver en plein milieu de Time Square. 

NB : J'ai parcouru 2 kilomètres sur la rie la plus grande du monde. Avec ses 1896 kilomètres, Yonge Street est LA plus longue rue du monde ... 

A l'angle de Front Street & Church Street, Flatiron Building à Toronto. 

Arrivée la veille, je suis impatiente de découvrir Toronto. 25% des canadiens vivent à moins de 160 kilomètres de cette immense ville. 

La particularité de Toronto est que la ville est divisée en quartiers distincts qui se visitent indépendamment. 

C'est un régal de traverser la ville et de découvrir, à chauqe coin de rue, de nouvelles cultures. 

Vue de la CN*(Canada National) Tower à Toronto. 

Il ne faut que 58 vertigineuses secondes aux ascenseurs de la tour pour parcourir les 500 mètres qui nous sépare du sol. Les grattes-ciel sont sous mes pieds et, à travers d'épaisses vitres, je contemple le panorama, des berges du lac Ontario à l'immensité de Toronto. 

Collingwood, Ontario. 

Arrivée un peu tard pour profiter des belles couleurs de l'automne canadien, il semblerait que les feuilles du vieil érable qui trône au fond de la cour m'aient attendies avant de jaunir complétement. 

Birch Street, Collingwood, Ontario. 

La neige est bien là ! en l'espace d'une journée, c'est plus d'une trentaine de centimètres qui sont tombés. Il est temps pour moi de découvrir les joies du "peletage de neige" pour dégager l'entrée de la maison ! Loin d'être bloqués, les voisins prennent leur voiture et partent travailler comme si de rien était ... le quotidien de rout un chacun est inchangé !

Le village de Blue Moutain, Ontario. 

La neige est tombée hier et, après une semaine passée dans ma nouvelle famille d'accueil - à deux heures au nord-ouest de Toronto - je prends le temps de découvrir le village de blue Moutain qui n'est autre qu'une station de ski familiale plutôt prisée des touristes. Elle ne se trouve qu'à 15 minutes en bus de Collingwood (mon nouveau chez moi pour le prochain mois).

Boutiques, hôtels et restaurants en tous genres se partagent la nombreuse clientèle internationale de ce qui semble être devenu au fil des années un autre temple de la consommation. A l'entrée du village, une jolie petite boutique l'Occitane, offrant des produits de beauté et soins du corp provencaux fait face à un snck dont spécialité (québécoise !) servie est la poutine (frites, sauce brune et fromage frais ! un délice ..)

Une orgie d'attractions à chaque mètre carré .. C'est une fourmilière ! 

Néanmoins, pour ceux qui savent en profiter cet endroit, au coeur d'une petite montagne et au bord d'un étang miniature, est un lieu de vancaces paisible et relaxant !

Le soleil se couche et la température chute rapidement, je retourne alors vers mon arrêt de bus sur le parking déjà gelé et reprends le chemin d'une confortable maison, bien au chaud !

A très vite ...